L’essor des paniers biologiques en temps de crise sanitaire

Pour ce qui est du Québec, l’épisode éprouvant que nous traversons a l’avantage de survenir en pleine période de recrutement pour les paniers bio. Avantage puisqu’il y a encore du temps pour s’organiser à la différence de régions plus au sud où les bouleversements surviennent en cours de saison. De surcroît, la consommation de produits locaux est promptement et fortement encouragée par l’État. On n’a qu’à penser au déploiement de la plateforme Le panier bleu soutenu par les propos du premier ministre Legault : « On achète local! » (Québec.ca, 5 avril 2020).

Voilà qu’on sent déjà la vague locavore prendre de l’ampleur aux quatre coins de la province. Le RFF rapporte une avance sur le recrutement des abonnés par rapport à l’an dernier à la même date (RFF, 2020b). Du côté du Lac St-Jean, la maraîchère et artisane Stéphanie Gagnon des Jardins de la Brunante s’exclame « On a un record de ventes à l’écomarché NordBio […] Et bien sûr les inscriptions vont 3 fois plus vite que d’habitude! On regarde pour offrir la livraison… on discute de la logistique. » Même son de cloche au Centre-du-Québec et en Mauricie selon cet article de Radio-Canada « Regain de popularité des paniers bios directement des producteurs : Les clients veulent créer un lien direct avec les producteurs maraîchers »

Stéphanie Gagnon et son fils Florent en promenade dans les Jardins de la Brunante (02-08-2014)

Ce phénomène n’est pas étranger au fait que la formule des paniers soit toute désignée pour répondre aux besoins des citoyens en ce qui a trait à la saine alimentation. Caroline Poirier de la ferme Croque-Saison et présidente de la CAPÉ rappelait justement à ses abonnés que « malgré les soucis que nous causent la crise, nous croyons tout de même que nos façons de faire nous avantagent. Notamment parce que:

  • « Nous partageons avec vous une relation privilégiée et nous nous soucions personnellement de votre santé, nous ferons donc tout ce qui est en notre pouvoir pour la préserver;
  • Au final, nos légumes qui parviennent jusqu’à vous ont été manipulés par un nombre restreint de personnes et n’ont pas transigé par d’autres endroits, contrairement aux produits vendus dans les grandes chaînes;
  • Le soleil et le vent semblent être des facteurs protecteurs qui réduisent la survie du virus alors vive la distribution à l’extérieur;
  • Bien manger demeure important car cela contribue à la bonne santé et au renforcement de l’immunité. »

D’autres atouts sont le prix fixe et l’assurance d’un approvisionnement stable du début jusqu’à la fin de la saison (Radio-Canada, 2020). Et pour ce qui est de l’hiver, les Bio Locaux sont là!

J’ajouterais ici que la campagne de promotion 2020 de Québec Bio tombe à point. Avec « On a raison d’en parler », la Filière biologique du Québec frappe un bon coup.

Constatation faite, le contexte de la pandémie stimule le marché des paniers et de l’agriculture biologique en mettant en évidence toute leur valeur auprès des citoyens et citoyennes.


Laisser un commentaire