Gigi

Formateur et praticien en agroécologie et maraîchage biologique.
Formateur et praticien en agroécologie et maraîchage biologique.
L’Odyssée Bio sur FB

L’Odyssée Bio sur FB

L’Odyssée Bio possède sa propre page FaceBook. À travers elle, vous pourrez suivre les péripéties de cette grande expédition rurale qui mènera Gigi de fermes en fermes à bord de la BioMobile. Le but: Retracer l’histoire des 50 premières année de l’agriculture biologique québécoise.

Publié par Gigi dans Odyssée Bio Québec, 0 commentaire
PÉROU > La grelinette “Titicaca”

PÉROU > La grelinette “Titicaca”

La culture de l’autoconstruction en action


Monsieur André Grelin (1906-1982) serait fier de nous. S’il avait su que son invention des années 50 allait voyager de la France jusque dans les mains de paysans andains. Vive l’autoconstruction et le partage de campesino à campesino.

Sinon, ben je pleure de joie…  Je dirais même plus, je me sens extrêmement bien dans mon corps, dans mon coeur et dans mon esprit!

Primo, fini le mal d’altitude après deux jours de nausées et de migraines intenses. Secundo, ben oui,  j’adore l’autoconstruction agricole. J’veux juste en faire plus de ‘ça!

J’ai dû passer pas plus d’une heure à l’ordi hier soir pour planifier le tout. D’ailleurs, merci aux patenteux de ce monde et à L’Atelier Paysan pour leurs plans open source qui m’ont permis de déterminer rapidement les bonnes mesures et les bons calibres de métal. Bref pas trop d’écran cathodique, mais juste assez pour un pré bronzage avant la soudure. Tout est dans le dosage.

Sur le chantier aujourd’hui, du travail physique, du travail manuel. Yé! Le corps bouge… Ça adonne bien, il semble conçu pour ça. Et pis la tête aussi, ça tourne : dessins, calculs, apprentissage de nouveaux outils, trucs techniques, nouveau vocabulaire en espagnol.

Grelinette_Autoconstruction_Pérou

L’équipe de CINDES en plein processus d’autoconstruction d’une grelinette. Un projet rendu possible par l’ONG canadienne Mission Inclusion, sous les bonnes influences de la Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique (CAPÉ).

Le temps file, la montre nous rappelle qu’il est 14h00… on dîne. Une soupe au poulet (aguadito de pollo), du poulet au four, des pommes de terre blanches (tunta), des pommes de terre jaunes. En rouge, de bonnes betteraves marinées et des tomates tubulaires. Mon rêve ne s’arrête pas là. On prend tous une pause « siesta » de 15 minutes. Pas de stress. Une équipe bien relaxe, mais toujours prête.

Dîner péruvien typique

Ruben et sa famille nous font l’honneur de nous accueillir dans leur salon pour reprendre des forces!

Entre le cœur et l’esprit, se forge une place pour les échanges interpersonnels, interculturels. Au final, tout le monde a une culture propre. Chacun aide à la hauteur de ses compétences, amène des solutions et des rires aux imprévus, de nouvelles idées, des améliorations au plan initial. Nous avons tous gagnés en autonomie et en amitié, tous sur le même marteau d’égalité. L’artiste et artisan en moi se sont abreuvés au jus de la créativité et de la spontanéité. C’est comme les biscuits qui font grandir. J’appelle ça du développement intégral de la personne.

À la fin de la journée, on obtient un résultat utile, concret, palpable. Ça se passe dans le matériel et l’immatériel. Une action cohérente, qui fait du sens. Il y a de la fierté et de la reconnaissance dans l’air. Aussi des vapeurs de bois d’eucalyptus. Ruben, le maître de l’atelier, est heureux d’avoir un modèle d’outils, la « barra U », qu’il pourra répliquer. Des paysan.ne.s et des sols ne s’en porteront probablement que mieux. On célèbre avec des photos et des poignées de main. Le sourire qui côtoie les joues pleines de suie. Les muscles et les neurones ayant chauffées tour à tour.

Photo finish

De gauche à droite: Gigi, Tito, Vicente, Facundo, Edgar et Ruben… et la grelinette « Titicaca ».

La bière serait bonne, mais je vais être sage et attendre que mon corps soit mieux acclimaté aux 3800 m qui me séparent du niveau de la mer. Parlant de mer… il y a le lac Titicaca qui m’attend demain dès la première heure. Hasta pronto chers parents et ami.e.s.

C’était Gigi, au 7e ciel. Et oui, c’est le Pérou!

Publié par Gigi dans International, Pérou, 6 commentaires
Naissance de la CAPÉ

Naissance de la CAPÉ

Les agriculteurs de proximité écologiques s’organisent

Tel que décidé lors d’un atelier au dernier rendez-vous automnal du Réseau des joyeux maraichers écologiques (RJME), les membres ont décidé de franchir une étape de plus et de fonder une coopérative de producteurs, la Coopérative pour l’agriculture de proximité écologique (CAPÉ). La CAPÉ vise à regrouper tous les agriculteurs et agricultrices qui font de l’agriculture de proximité écologique (fermiers de famille, producteurs biologiques opérant en circuits courts, éleveurs écologiques, apiculteurs, etc.) afin de leur donner une voix auprès des instances, gouvernements et médias. En plus d’être une force de lobbying pour une nouvelle agriculture, la CAPÉ remplira aussi un rôle d’éducation et de réseautage par le partage d’information et l’organisation de journées de formation et colloques. Le fait d’être légalement regroupés permettra aussi à la CAPÉ et à ses membres de bénéficier de nombreux programmes de subvention destinés aux initiatives sectorielles et aux regroupements de producteurs. La coopérative de producteurs pourra aussi potentiellement être utilisée par ses membres pour faire des achats groupés ou de la mise en marché collective. Les possibilités sont nombreuses et l’assemblée générale d’organisation de la CAPÉ aura lieu le 21 mars prochain à Drummondville.

« Tous les agriculteurs et agricultrices qui vendent une partie de leur production par les circuits courts et qui sont désireux de voir ce type d’agriculture reconnu, promu et supporté au sein du modèle agricole Québécois devraient se joindre à la CAPÉ. »nous dit Frédéric Thériault, l’un des fondateurs. Il ajoute : « Nous proposons aussi un coût d’inscription très raisonnable de 80$ pour devenir membre de la coop. Nous croyons qu’avec une adhésion large dès le départ, nous pourrons rapidement gagner un poids et faire évoluer la future politique agricole du Québec. »

Les organisations, intervenants, étudiants et autres individus qui ne sont pas producteurs agricoles enregistrés mais qui ont un intérêt pour la production agricole de proximité et écologique sont invités à joindre la CAPÉ comme membres de soutien. La part sociale (50$) et la cotisation annuelle (30$ pour la première année) sont les mêmes que pour les membres producteurs, tout comme l’accès aux services et avantages. Les étudiants bénéficient d’un rabais de 30$ sur la cotisation annuelle.

Afin de recevoir l’avis de convocation pour l’assemblée de fondation, laissez-nous vos coordonnées en utilisant le lien suivant http://www.surveymonkey.com/s/WGTQVR5

En espérant vous voir en grand nombre le jeudi 21 mars prochain pour la fondation de la CAPÉ,

Votre dévoué comité de fondation,

Caroline Poirier, Ferme Croque-Saisons
François Handfield, Ferme aux petits oignons
Frédéric Thériault, Ferme coopérative Tourne-Sol
Jean-Martin Fortier, Les jardins de la grelinette
Jonathan Bruderlein, Ferme mélilot
Léa Charest, Ferme Hantée
Mylaine Massicotte, Coop les jardins de la résistance
Yan Gordon, Les potagers des nues mains

Publié par Gigi dans Accès à la terre, Actualité bio, Événement, Filière biologique du Québec, Québec, Réseautage, RJME (Réseau des joyeux maraîchers écologiques), 0 commentaire
Le Réseau BIO

Le Réseau BIO

Une plateforme d’échange web

Depuis quelques temps, les agriculteurs et transformateurs ont accès à un nouvel outil sur le web: le Réseau BIO. Il s’agit d’une plateforme de réseautage pour les entreprises bio comprenant entre autres des forums de discussion et des petites annonces. Vous pouvez vous y abonner gratuitement en un clic ou deux!

Pour y accéder: http://reseaubio.org/

Le Réseau BIO a été initié par le CETAB+ et les directions régionales du MAPAQ de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches avec l’aide financière du programme Innovbio du MAPAQ.

Publié par Gigi dans Actualité bio, CETAB+, Gestion, Québec, Réseautage, 0 commentaire
FRANCE > Une couveuse (incubateur) d’entreprise agricole

FRANCE > Une couveuse (incubateur) d’entreprise agricole

La couveuse Coups d’Pousses (Barjac, France)

Voici un court vidéo qui dresse le portrait d’un projet d’incubateur agricole que j’ai visité en France à l’automne 2011 dans le département du Gars.

Pour voir le reportage, cliquez ici: Couveuse de Barjac.

Contact: Alain Hamelin, coordonnateur. coupsdpousses@orange.fr

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié par Gigi dans Accès à la terre, Fermes, France, International, Relève agricole, 1 commentaire
De « Jeunes » à « Joyeux »… le RJME fête ses 5 ans!

De « Jeunes » à « Joyeux »… le RJME fête ses 5 ans!

Réseau des Jeunes/Joyeux Maraîchers Écologiques

Bonne fête au RJME! Il y a très exactement 5 ans, les 3 et 4 mars 2007, un petit groupe de jeunes maraîchers fondait le RJME lors d’une première rencontre sur la ferme coopérative Tourne-Sol à Les Cèdres.

Une dizaine d’entreprises étaient représentées par 25 personnes dont la majorité avait fait partie du Réseau des étudiantEs intéressésEs par l’agriculture biologique (RÉAB). Ceci explique le nom “Réseau des JEUNES maraîchers écologiques”. L’objectif que nous nous étions donné était:

“Répondre aux besoins techniques et humains rencontrés par les petites fermes maraîchères écologiques qui commercialisent de façon directe et locale durant les diverses étapes de leur développement.”

La jeunesse n’étant pas éternelle, le RJME a redéfini son « J » pour passer de « Jeunes » à « Joyeux ». Ceci dénote bien la dimension conviviale qui accompagne les activités techniques du réseau.

Longue vie au RJME! … jusqu’à remplacer le « J » par « V »: Le Réseau des Vieux Maraîchers Écologiques!

Pour ceux et celles qui désirent en savoir plus sur les origines du réseau et ses activités, cliquez sur le lien suivant: RJME.

Publié par Gigi dans Actualité bio, Événement, Légumes, Québec, Relève agricole, RJME (Réseau des joyeux maraîchers écologiques), 0 commentaire
Le rapport du ministère vient de sortir

Le rapport du ministère vient de sortir

Contribution des systèmes de production biologique à l’agriculture durable 

Pour le consulter, cliquer ici: Rapport Bio-MDDEP_2011

En quelques mots…

« Au Québec, la performance environnementale des systèmes de production biologique et leur contribution à l’agriculture durable ont toutefois été peu documentées. Un nombre restreint d’études ont évalué les répercussions des modes de production biologique sur les dimensions environnementales, économiques et sociales du développement agricole. Afin d’apporter certaines réponses à ces questions, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs a réalisé une étude visant à évaluer la contribution des systèmes de production biologique au développement d’une agriculture durable au Québec. Pour ce faire, cette étude a évalué, à partir d’indicateurs environnementaux, économiques et sociaux, la performance des modes de production biologique en matière de durabilité. La majorité des analyses fut réalisée en comparant les performances des systèmes biologiques et conventionnels, ces derniers servant de point de référence pour mieux apprécier le rendement des systèmes biologiques. Ainsi, cette étude visait à établir la pertinence de miser sur le développement du secteur biologique dans les futures stratégies québécoises de développement d’une agriculture durable. » (p. iii)

Publié par Gigi dans Actualité bio, Documents, Québec, Recherche, 1 commentaire

Engrais verts & Rébellion des Patriotes de 1837

Au Québec, à la veille de la Rébellion des Patriotes de 1837, de quoi parlait-on dans le journal « Le Glaneur » de Saint-Charles-sur-Richelieu au mois de septembre? … des ENGRAIS VERTS! Sarrasin, vesce, fèves, pois, seigle…

À lire sur le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
Bien choisir la parution du 01-sept-1837, p.144.
Voir aussi la parution du 01-janv-1837, p.21-22.

Publié par Gigi dans Documents, Fertilité du sol, Québec, 0 commentaire